La Santé

CHOISIR SES PARCOURS DE JOGGING COURSE A PIEDS. ATTENTION AUX REVÊTEMENTS

Le premier critère de choix d’un parcours de jogging course à pieds, c’est son revêtement.

Il est évident que le jogging sollicite énormément vos membres inférieurs et votre colonne vertébrale.

Ils sont constitués,  de muscles, d’os, d’articulations, de tendons….  qui supportent  le poids de votre corps d’autant plus, qu’à chaque foulée ce poids, associé à votre vitesse, s’y répercute.

Vous comprenez l’importance du revêtement sur lequel vous courez.

Privilégiez autant que possible un revêtement souple ou en tout cas évitez le béton de manière permanente.

La ville:

Béton, béton, béton…. Oui,  je sais! Sauf qu’il existe des parcs avec de petites allées en terre et de temps en temps, un peu de pelouse. Profitez de toutes les occasions pour soulager votre corps des traumatismes que provoquent, à la longue, les revêtements durs.

Le Bord de mer:

Souvent beaucoup de coins de pelouse, profitez-en. Le sable oui, mais pas plus de 7% de votre footing: 4% sur sable humide, (près de l’eau) 3% sur sable sec. Attention courir sur le sable est beaucoup plus éprouvant que sur la route, notamment le sable sec  ou  le tendon d’Achille et l’articulation de la cheville fatiguent  beaucoup plus. (À un degré moindre le sable humide).

La montagne:

Vous avez bien souvent un choix important, plats, côtes, descentes, terrains souples, durs… Variez au maximum.
Attention! Bien souvent l’euphorie de la vitesse dans les descentes vous emporte. Elles sont, à grande vitesse, très traumatisantes pour vos tendons, vos muscles, vos articulations et votre dos.

La campagne: Encore un grand choix pour vos surfaces de course.

La forêt:

Le top du top! Surtout si côtes et descentes sont présentes. Terrains humides, chemins un peu plus durs, herbe, feuilles (mouillées, çà glisse!), plaisir de la végétation…. Et surtout l’impression d’aller beaucoup plus vite.

Si vous ne faites pas de compétitions variez à plaisir.

Si vous faites de la compétition. Variez également au maximum tout en gardant un minimum de pourcentage sur  le revêtement de votre spécialité.

Vous faites de la piste: gardez un minimum de 10 à 30% d’entraînements piste suivant la saison.

Vous êtes spécialiste de courses en montagne: environ 50 à 60% de jogging sur terrains variés (côtes et descentes).

Vous vous entraîner en montagne mais vous préparez, semis ou marathons. Gardez au moins 35% d’entraînements sur portions plates.

DOUBLEZ VOS PARCOURS DE JOGGING COURSE A PIEDS.

Votre corps est intelligent, il s’habitue très vite et possède une sacrée mémoire et la gardera bien après que vous ayez perdu la vôtre.

Imaginez que vous fassiez toujours le même parcours. Il me semble que vous vous en lasseriez assez vite. Les descentes, les plats, les côtes se trouveront toujours à la même distance du départ de votre jogging? Non?

Imaginez encore, que vous alliez, juste pour vous tester, faire une petite compétition ou une sortie jogging avec des amis sur un autre parcours. Votre corps  ne va pas retrouver ses côtes, ses descentes, les portions plates aux mêmes endroits. Il ne va plus rien comprendre. A l’endroit supposé avoir une descente (ou il est censé avoir un moment de récupération) il trouvera une côte, à l’endroit d’un plat une descente… Et sa réaction à ces changements sera plutôt négative.

Donc, ayez au minimum 2 parcours que vous effectuerez dans les deux sens. Résultats ? 4 parcours différents!
Ainsi dans n’importe quelle configuration de course, votre corps sera toujours disponible et prêt physiquement et physiologiquement à un effort ou un changement de rythme. Il ne sera jamais pris au dépourvu et réagira au quart de tour.

Vous savez maintenant comment choisir ses parcours de jogging course à pieds.

Germany ivan montik Partner

Related Articles

Close